Presse

« À nous de les solliciter pour provoquer un appel de sang qui réoxygène les tissus et encourage les fibroblastes à fabriquer collagène et élastine », explique Marie Depoulain, facialiste formée à la Kératothérapie, une méthode qui vise à corriger les déséquilibres de l’épiderme.

Autre prouesse : « Excité par certains mouvements, le masseter (muscle de la mastication) se densifie. En se faisant plus proéminent, il entraîne des bénéfices visibles immédiatement : sillon nasogénien moins marqué, pommettes rehaussées », poursuit l’experte. Il est même possible d’intervenir sur l’ovale avec des pincements musculaires toniques dont l’effet push-up, couplé à des percussions qui stimulent les ostéoblastes (cellules osseuses), redessine manifestement.    Lire plus

Un soin kobido chez Marie Depoulain
S’appuyant sur des techniques ancestrales nippones, cette facialiste formée aux côtés du docteur Shogo Mochizuki, réalise des kobidos de très haute volée. Formidable soin/massage anti-rides qui en plus de donner une mine superbe initie aux joies des rituels esthétiques du Japon.   Lire plus

Autre nom qui revient souvent, celui de Marie Depoulain, une esthéticienne qui s’est formée à la kératopraxie, une technique qui permet de se familiariser avec la structure de l’épiderme, la circulation sanguine et lymphatique. Mais Marie Depoulain est très claire, elle n’est pas dermatologue et ne pratique donc aucun geste médical! Comme ses consœurs, elle a appris le Kobido avec Shogo Mochizuki, mais aussi le Natural Sculptur Lifting auprès du russe Yakov Gershkovich, qui lui a notamment enseigné des massages faciaux internes et externes et des muscles du bas du visage.  Lire plus

Plaque sur la devanture de l’immeuble, blouse blanche, décor aseptisé… En pénétrant dans le cabinet de Marie Depoulain, on retrouve les codes de l’univers médical. Diplômée d’un CAP d’esthétique, elle a ensuite été formée à la kératopraxie -le soin de la couche superficielle de la peau- à l’université de Perpignan. « J’y ai réappris les fondamentaux de la peau, la structure de l’épiderme, le fonctionnement de la circulation sanguine et lymphatique », développe la spécialiste. Mais attention à ne pas faire de confusion. « J’apporte des solutions sur des déséquilibres cutanés qui ne sont pas pathologiques. Je ne suis pas dermatologue, et ne fais aucun diagnostic. »   Lire plus

Ce sont les nouvelles stars de l’anti-âge : elles s’appellent Aline Faucheur, Vinida Savant, Delphine Langlois, Sophie Carbonari, Marie Depoulain. Ces «superesthéticiennes» ne s’occupent que du visage, avec des techniques de massage de haut vol, qui stimulent la circulation, l’oxygénation, la fabrication du collagène. Travaillés comme de la pâte à modeler, les traits remontent sous leurs doigts, le visage se rééquilibre. «On travaille des tissus superficiels jusqu’aux muscles. Il en existe une cinquantaine au niveau du visage. On détend là où il y a des crispations et on tonifie là où il y a relâchement. Progressivement, les muscles prennent plus de place, la peau se repulpe réellement», explique Aline Faucheur, la première à avoir introduit le massage kobido en France. Une séance fait déjà la différence, mais, comme pour la gym, c’est la régularité qui intensifie les résultats. Lire plus

Elles s’appellent Sophie Carbonari, la star d’Instagram, Marie Depoulain et Céline Aharoni dans les beaux quartiers de la capitale, Delphine Langlois à La Garenne-Colombes… Aux États-Unis et en Angleterre, les facialistes ont souvent recours à des machines (laser, LED) mais en France, elles travaillent surtout avec leurs mains. Utilisent éventuellement des huiles (végétales), des rouleaux de jade, des cristaux. Leur diplôme de base (CAP, BTS d’esthétique) a été peaufiné à coups de formations en médecine chinoise, ayurvéda, soins énergétiques, etc.  Lire plus

MARIE DEPOULAIN
KÉRATOTHÉRAPEUTE & FACIALISTE
3, RUE GALVANI - 75017 PARIS

Copyright ©2020 - Design by Megane Studio